Steinway & Sons

musique

Steinway & Sons

Deux ans après l’implantation de Steinway & Sons à Paris, matérialisée par un showroom de 700m2 installé boulevard Saint-Germain, le Directeur Général France de l’entreprise, Clément Caseau, revient sur la philosophie de la marque.

Beside Sport - Steinway & Sons -  -

Rencontre avec Clément Caseau, directeur général de Steinway&Sons France

Pourquoi avoir choisi d’ouvrir une filiale Steinway & Sons en propre à Paris ?
C.C L’idée était d’avoir un showroom digne de la marque dans toutes les grandes capitales culturelles du monde. Donc en 2017 on a ouvert un showroom à Paris, mais on en a aussi ouvert un à Pékin. Et le succès est là, il y avait manifestement une vraie attente de la part du public et du marché en France… On a aussi multiplié les contacts avec les artistes, les professionnels du milieu de la musique, cela crée une vraie dynamique sur le marché français.

Comment expliquez-vous la réussite de l’entreprise face à la concurrence ?
C.C L’entreprise est restée fidèle à la philosophie de vie initiée par le père fondateur, Henry Steinway, qui était de construire le meilleur piano possible. Dans cette devise, tout était dit : notre objectif est d’améliorer ce qui est déjà excellent, donc c’est un processus qui évolue en permanence et il n’y a pas de compromis… On utilise les meilleurs matériaux, avec des brevets qui sont bons, cohérents, et entrent dans un système, une logique. Ensuite, il y a la main d’oeuvre : on a des employés très qualifiés, passionnés et surtout qui restent très longtemps dans l’entreprise. Plus de la moitié des employés sont chez Steinway & Sons depuis plus de 25 ans. Ce savoir-faire transmis de générations en générations est quelque chose que l’on ne peut pas créer du jour au lendemain. Ce qui évolue, c’est l’utilisation des nouvelles technologies dans vos derniers modèles, comme le piano Spirio… L’idée d’origine avec le Spirio, c’était de permettre à des personnes d’avoir les plus grands artistes chez eux, dans leur salon. Vous avez donc un système qui active le piano, piloté par un iPad et, sur une application, vous choisissez parmi une grande base de données l’artiste puis les morceaux ou vidéos que vous voulez faire jouer au piano.

Beside Sport - Steinway & Sons -  -

Comment faites-vous pour que l’interprétation de l’artiste soit respectée avec ce système ?
C.C On fait venir les artistes dans nos studios d’enregistrement situés dans les ateliers de New-York et Hambourg. A ce moment-là, on fait un enregistrement, sauf qu’au lieu d’enregistrer le son avec des micros, on enregistre le toucher, grâce à un système de capteurs.

Vous êtes vous-même pianiste ?
C.C Oui, et tout le monde dans mon équipe à Paris est pianiste. Pour moi c’est un impératif, une condition sine qua non. Notre clientèle est constituée de professionnels ou de passionnés donc si on ne partage pas cette passion-là, c’est compliqué. Et puis quand on est pianiste, pouvoir travailler chez Steinway c’est un peu le Graal et un vrai privilège.

Steinway&Sons : histoire d’un succès

L’excellence des pianos Steinway & Sons vient en grande partie de l’histoire de cette entreprise créée il y a 166 ans. Un siècle et demi plus tard, le savoir-faire n’a pas changé, juste évolué pour fabriquer des instruments haut de gamme.

Comme son nom l’indique, la marque de piano Steinway & Sons s’est bâtie sur une histoire familiale. En 1850, l’Allemand Heinrich Engelhard Steinweg quitte son pays pour s’installer aux Etats-Unis. Avec ses trois fils, ils intègrent l’usine de manufacture de piano Bacon et Raven puis, forts de leur savoir-faire, décident de fonder leur propre marque : Steinway & Sons, à New York. L’aventure débute avec un premier brevet déposé en 1857. Depuis, l’entreprise en compte 135.

Beside Sport - Steinway & Sons -  -

Si 90 % des salles de concerts, les plus grands artistes, tous genres confondus, et les conservatoires se dotent de pianos Steinway, c’est pour cette fabrication légendaire, inchangée depuis ses débuts, et qui se fait encore à 80 % à la main par des artisans spécialisés. Il faut d’ailleurs compter plusieurs années pour la fabrication d’un piano : environ deux ans pour que le bois sèche (ébène, tilleul ou érable) et un an pour que toutes les pièces de l’instrument (jusqu’à 12 000 pour un piano de concert) soient assemblées.

Aujourd’hui, il n’existe que deux manufactures Steinway & Sons dans le monde, à New-York et à Hambourg. Côté européen, l’aventure décolle grâce à l’exposition universelle de 1867, à Paris, où la marque américaine remporte la très convoitée médaille d’or. Mais pourquoi un tel succès ? Outre la fabrication artisanale, banale à l’époque, Steinway possède une capacité d’innovation. En 1859 par exemple, la marque dépose un brevet pour développer un nouveau système de disposition des cordes dans le grave : au lieu d’être parallèles, elles se croisent, ce qui favorise la résonance du piano.

Beside Sport - Steinway & Sons -  -

A l’époque, ces avancées font figure de prouesses, mais aujourd’hui, la concurrence est rude… Steinway & Sons se positionne donc sur le marché du luxe et sur les nouvelles technologies, comme avec l’un des derniers modèles, Spirio, un piano qui joue tout seul à la manière des plus grands pianistes (morts ou vivants), pour la modique somme de 125 000 euros.

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne