mode

J.W. Anderson x Uniqlo : faire fleurir les talents

Depuis 2017, le géant japonais Uniqlo et le jeune créateur nord-irlandais J.W Anderson unissent régulièrement leurs compétences – production de séries fonctionnelles et de qualité pour le premier, relève de l’avant-garde londonienne à succès international pour le second – pour cocréer des capsules à l’identité signée.

Interview exclusive de J.W Anderson

Quelle est la genèse de cette collection ?

J.W.A : « C’est la continuité d’une collaboration initiée il y a quelques années. Cette collection en compose un nouveau chapitre. Chaque saison j’explore de nouveaux aspects et j’y mets de moi-même, tout en réfléchissant aux nuances à apporter par rapport à ce que je crée pour ma propre marque. Je me demande toujours au préalable ce que j’aurais envie de porter, moi-même, au jour le jour. Cette fois, j’ai été guidé par l’idée de jouer sur les broderies, des motifs naïfs, une certaine innocence. Pour une collection qui entrait dans le printemps, je voulais proposer une transition douce vers l’été. Une garde-robe facile, sensuelle, intemporelle. C’est déjà la philosophie d’Uniqlo, j’ai voulu qu’on se retrouve quelque part au milieu de nos univers. J’aime créer pour eux, parce qu’il faut que ça tombe juste. Ce n’est pas évident, de dessiner des choses simples, mais c’est aussi très intéressant de travailler avec cette marque qui invite à trouver un équilibre, une délicatesse. Il est souvent plus facile d’être extravagant que d’épurer. »

Quelles sont les valeurs que vous partagez avec Uniqlo ? 

J.W.A : « Nous discutons beaucoup, nos échanges sont très fluides et faciles. Nous aimons l’innovation. Mais le plus important pour moi, c’est la dimension « démocratisation », qui me permet de vendre des pièces à mon nom pour une vingtaine d’euros. C’est important, à l’époque que nous vivons, de pouvoir s’adresser à différentes personnes. »

Beside Sport - J.W. Anderson x Uniqlo : faire fleurir les talents -  -

Qu’avez-vous exploré par rapport à vos propres collections ?

J.W.A : « D’autres domaines. Par exemple, les chaussettes. C’est plus compliqué qu’il n’y paraît, entre le dessin et la 3D. Mais Uniqlo gère bien la complexité. On a pu intégrer différents fils, et des détails techniques intéressants. »

Comment le contexte actuel a-t-il influencé vos réflexions ?

J.W.A : « Evidemment l’année passée, les gens ont beaucoup privilégié le pratique, les jeans et les « vêtements couvertures ». Ce qui s’est passé était assez inédit, j’ai beaucoup observé les évolutions liées à cette période singulière. Quand on reste à la maison, on remarque des détails auxquels on ne portait pas vraiment attention avant. Les gens ont investi leurs vêtements différemment. J’aime cette idée de repenser les choses. »

Beside Sport - J.W. Anderson x Uniqlo : faire fleurir les talents -  -

Qu’est-ce que cette collaboration vous a apporté en terme d’expérience ? 

J.W.A : « Je vis mes différentes collaborations avec des marques comme un flow. Ce qui est important pour moi, avec Uniqlo, c’est le large spectre de possibilités offertes, tout en gardant à l’esprit que les basiques, ça reste un domaine complexe, car il faut harmoniser les univers. Il est plus facile de rester abstrait… Je me suis demandé comment faire évoluer une garde-robe pour le moment où l’on sortira de cette pandémie. Des lignes pures, des vêtements portables. Libérer, sans surcharger. La réflexion d’un point de vue esthétique. »

En tant que designer, que ressentez-vous des prochains défis de la mode ? 

J.W.A : « Je pense que nous allons connaître une période de deux ans d’euphorie. On va trouver des solutions, tout rouvrir, et il y aura des excès, le rush de pouvoir sortir de chez soi, après été comme emprisonnés. Et d’après moi, le moment le plus complexe se présentera après ces vingt-quatre mois. Nous allons devoir faire face à d’énormes questionnement politiques et économiques. Beaucoup d’argent s’est envolé, vous savez. Il faudra bien que quelqu’un paye pour ça.  Et pour toutes les industries, pas seulement la mode, la grande question devra être : « comment prendre l’environnement en compte ? » C’est la priorité. Sinon nous ne pourrons plus rien vendre, parce que plus personne n’aura nulle part où habiter. Pour ma propre marque, c’est la priorité n°1. A tous les niveaux de la production. Nous allons devoir être solidaires, nous aider les uns les autres, pour trouver de vraies solutions. Cette pandémie a mis en exergue d’autres problèmes de société. Je suis irlandais, et avec la Grande Bretagne, nous sommes coincés au milieu de l’Europe et des Etats-Unis. L’époque va soulever d’autres défis, avec leurs conséquences. »

Comment gérez-vous le paradoxe de créer, tout en étant conscient des questions soulevées par la surproduction dans l’industrie ? 

J.W.A : « Il y a différents aspects à cette réflexion, et bien sûr, il est facile de critiquer sans nuancer. Il y a plusieurs éléments à prendre en considération, dont le premier serait les inégalités économiques, qui font que tout le monde ne peut pas s’offrir un T-shirt à 75€. Il y a aussi la réalité du marché, nous devons être réalistes. Nous devons développer des solutions au niveau industriel, comme le recyclage, réfléchir à la façon dont nous pouvons faire durer les vêtements plus longtemps, et en même temps, investir l’environnement comme on traiterait un produit de luxe, puisque c’est ce que nous avons de plus précieux. Toutes les industries, alimentaire, automobile etc, devraient chercher ensemble des solutions à long terme. Depuis que je suis né, la population mondiale a presque doublé. Les défis ont augmenté avec l’humanité. On peut pointer des dysfonctionnements, mais je pense que la raison pour laquelle nous nous trouvons au cœur de ces problèmes, c’est que nous n’avons pas encore trouvé comment faire fonctionner l’Homme et la nature ensemble. On est capables d’envoyer des gens sur la lune, on devrait pouvoir résoudre des défis logiques ici. »

Qu’allez-vous faire juste après notre conversation ? 

J.W.A : « J’enchaîne trois réunions et des essayages pour la prochaine saison ! » (rires)

 

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne