Grégory Galiffi et le Rallye du Coeur

Interview

Grégory Galiffi et le Rallye du Coeur

Après 4 éditions et plus de 355 000 € reversés au profit de la recherche contre le cancer des enfants, Le Rallye du Cœur organise sa 5e édition le samedi 19 juin 2021 sur le magnifique site du Domaine de Dampierre. Une journée riche en émotions réunissant propriétaires ou collectionneurs de voitures et des enfants malades, dont Grégory Galiffi, animateur vedette de l’émission Direct Auto est l’un des parrains de la première heure. Rencontre.

Beside Sport - Grégory Galiffi et le Rallye du Coeur -  -

Vous êtes un passionné de sport automobile, d’où vous vient cette passion ?
Je suis passionné d’automobile au sens large, je suis plus passionné par les produits, c’est-à-dire les voitures, l’histoire des marques, la création, les premiers modèles que « uniquement » de sport automobile. Après, il y a des époques qui me parlent davantage, je trouve que les plus belles autos de l’histoire automobile c’est entre 1955 et 1975. Le design, la pureté des lignes… Une Fiat 500 c’est 1957, une Porsche 911 c’est 1963, un coupé Alfa Bertone, c’est 1963 aussi, les Jaguar berline MK2, c’est 1959… Il y a vraiment 2 décennies complètement dingues, notamment les années 60, toutes les voitures mythiques, elles ont vraiment été dessinées dans ces années-là et je suis fan. Après, il y a des trucs modernes que j’adore, la F40, c’est 1986 et c’est l’une des voitures les plus dingues de l’histoire de chez Ferrari.

Vous êtes collectionneur ? 
Oui ! J’ai toujours été collectionneur, ma première voiture de collection c’était une Alfa Roméo parce que mon père en a eu 17 et j’ai usé mes fonds de culotte dans les Alfa Roméo. Du coup, ma première ancienne, je l’achète j’ai 24 ans, c’était une Alfa Giulia Nuova 13100 de 1977 et donc on avait presque le même âge. Je l’adorais, je l’avais achetée en mauvais état, j’avais mis 2 ans ½ pour la refaire petit à petit, elle était couleur « fangio » intérieur tan. Ensuite, je me suis acheté une Mazda MX5 première génération vert anglais capote beige intérieur gris souris. C’était un rêve d’adolescent, j’allais tous les deux ans au Mondial de l’Automobile avec mon père qui m’a transmis la passion des bagnoles et quand elle a été présentée en 1989 à Paris, j’ai 14 ans et j’étais tombé amoureux de cette caisse. Je m’étais dit « toi, je t’aurai un jour ! ». J’ai toujours eu des voitures qui me faisaient plaisir. Ma démarche c’est qu’il faut que la voiture me « parle », qu’elle m’évoque quelque chose, pas pour l’image qu’elle projette. J’ai roulé en Golf Youngtimer avant même que ce soit la mode. Quand j’ai eu ma première 205 GTI, les gens se moquaient de moi alors que maintenant c’est politique, les prix ont explosé, une 205 GTI en parfait état, ça vaut plus de 20 000€. Je pars toujours d’un principe simple : une voiture qui a été un succès à son époque, elle redeviendra mythique.

Beside Sport - Grégory Galiffi et le Rallye du Coeur -  -

Quelles voitures possédez-vous ?
Je me suis racheté une MX5, je suis devenu porschiste avec les années avant même de pouvoir en acheter une. Au départ, j’étais anti-Porsche, par posture, parce que je trouvais tout le monde n’avait que ce nom-là à la bouche. Sauf qu’avec mon boulot, on me propose de faire un essai Porsche, que je fais une fois, deux fois, trois fois et là quand j’ai essayé les anciennes, j’ai eu LA révélation. Par exemple, une 356, tu essaies des caisses comme ça du début des années 50, tu vois le degré de qualité, d’assemblage et tu te dis « ils sont bons ! ». Et du coup j’ai commencé à me laisser séduire et aujourd’hui je suis un ayatollah de Porsche parce que je connais tous les modèles, toutes les générations.

Vous êtes plutôt voitures anciennes ou voitures modernes ?
J’aime les deux mais j’ai toujours un petit penchant pour les anciennes parce que j’aime le charme suranné, les odeurs et les spécificités de chaque marque ancienne, il y avait vraiment des belles pièces.

Quelle est la voiture de vos rêves ?
Parce qu’elle a vraiment tous les ingrédients que j’aime, ce serait une Porsche 911 génération 9.91 GT3 Touring. La ligne de la 911 est conservée, on est dans le design pur mais elle a le châssis affûté de la GT3, un moteur atmosphérique qui fait 9000 tours, c’est une boîte mécanique, c’est vraiment la voiture qui me fait rêver. Moi ce que j’aime c’est le sport chic, le côté lifestyle. Et avec un coloris surtout pas grise, surtout pas noire, j’aime les couleurs spécifiques, j’adore les voitures bleues, vertes (chez Porsche, ils ont environ 70 teintes différentes que dans les verts !), un peu néorétro…

Vous êtes le présentateur vedette de l’émission Direct Auto sur C8. L’émission a 15 ans, en quoi l’épidémie de covid-19 a-t-elle modifié vos tournages ?
En terme de logistique c’était très compliqué, les marques automobiles ont arrêté les présentations presse, donc on a dû aller chercher les voitures au parc presse, essayer de faire des tournages en région parisienne parce qu’on ne pouvait pas prendre d’avion. Comme les restaurants étaient fermés, le midi c’était sandwich, j’ai pris 3 kilos sur cette période. Mais globalement on a fait le boulot, l’émission a perduré, elle a même bien marché. On a essayé de faire de notre mieux sans partir à l’autre bout du monde, on s’est rendu compte qu’en allant moins loin, en France, on avait un pays extraordinaire et qu’on pouvait aussi faire rêver les gens. Ça a redistribué la donne et ça nous a obligé à nous réinventer.

Depuis 2011, vous participez chaque année au Tour Auto Optic 2000, vous allez participer à l’édition 2021 ?
Oui ! Ce sera mon 11ème Tour Auto consécutif, je croise les doigts j’ai beaucoup de chance, pour moi c’est une semaine de fête. Alors c’est beaucoup de boulot, de préparation, de pression parce qu’à chaque fois on part d’une feuille blanche et on refait une voiture. Cette année c’est une Golf GTI rouge, j’ai demandé une dérogation parce qu’elle n’est pas dans la liste des véhicules éligibles mais c’est les 40 ans du doublé de 1981 (1ère du groupe 1 et 1ère du groupe 2 du Tour de France) en même temps que les 30 ans du Tour Auto donc s’il y a bien un anniversaire à fêter c’est celui-ci. Et le Tour Auto, c’est aussi une fête populaire avec des gens au bord des 1200km de route qui te font coucou et une Golf GTI ça parle à tout le monde.

Beside Sport - Grégory Galiffi et le Rallye du Coeur -  -

La 5ème édition du Rallye du Coeur au profit de la recherche contre le cancer des enfants se déroulera le 19 juin 2021 au Domaine de Dampierre (78), vous êtes l’un des parrains depuis 2017, pouvez-vous nous dire en quoi consiste ce Rallye ?
C’est un rallye qui permet de récolter des fonds tout en permettant de faire vivre une journée qui sort de l’ordinaire à des enfants malades du cancer. C’est une communion entre des propriétaires de voitures de sport ou de collection avec ces enfants. On met à disposition notre temps, nos voitures et l’idée c’est d’arriver avec une petite cagnotte en se faisant aider par des sponsors. C’est une petite pierre à l’édifice et c’est toujours plaisant de soutenir une cause qui est noble.

L’association soutenue à Paris est Imagine for Margo, en quoi consiste-t-elle ? 
Imagine for Margo, c’est une association qui récolte des fonds pour les enfants atteints de cancer, notamment de leucémie. Elle a pignon sur rue depuis longtemps et est de plus en plus médiatisée.

Quel véhicule allez-vous prendre pour le Rallye du cœur ?
Normalement je vais avoir la nouvelle GT3 9.92, la première en France donc ça risque d’être une attraction !

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne