Episode 75001 en Vespa Elettrica

75 ans Vespa

Episode 75001 en Vespa Elettrica

Pour les 75 ans de Vespa, cap sur le 75, autrement dit Paris ! Premier volet de notre voyage lifestyle dans le département le plus connu de France avec notre Elettrica : le 1er arrondissement !

Paris, Panam, la ville lumière,…voilà autant de noms qui définissent la capitale française, une des villes les plus connues au monde. Cependant, il n’y a que deux chiffres qui puissent symboliser Paris intra-muros : le 7 et le 5. Nous ne sommes pas là pour jouer avec Laurent Romejko au jeu le plus vieux de la télévision, « Des Chiffres et des Lettres » mais pour évoquer le département Parisien.

Si Marseille ne jure que par son 13 et que le 69 donne ses « chiffres » de noblesse à Lyon, ils ne sont au fond que les préfectures des Bouches-du-Rhône et du Rhône mais Paris rayonne dans le monde entier par son 75. N’en déplaisent aux habitants de beaucoup de villes qui frissonnent dès qu’ils observent ces deux chiffres du coin de l’oeil sur les plaques d’immatriculation, marqueur de la présence « des Parigots » dans tout l’Hexagone.

Apollo Magazine, lui, ne voit que le bon côté du nombre 75 attaché au lifestyle de 1946 avec l’emblème de la « Dolce Vita » et de la liberté retrouvée, notre célèbre Vespa. Succès commercial depuis lors et icône de la créativité italienne, la « Guêpe » n’en finit pas de battre le pavé des rues du monde entier. Inutile de préciser que si le mot « rue » est choisi à la place du mot « route » par exemple, c’est tout simplement que la Vespa n’a pas son pareil pour déambuler en ville.

En 2021, la Vespa continue de savoir vivre avec son temps. Même à 75 ans, ce petit deux-roues italien contourne la case essence au bénéfice de l’électrique. Ce nouveau bijou prend le jolie nom d’Elettrica. Le dard de la guêpe italienne va piquer à l’électrique !

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica -  -

Décidés à vous faire partager les joies de conduire notre Vespa Elettrica en mode « Apollo Magazine », Lifestyle premium et culturel, nous allons sillonner Paris et ses 20 arrondissements. Comme nous sommes plutôt cartésien du côté de chez Apollo Magazine, nous allons débuter notre périple électrique avec le numéro 1 des arrondissements. Pas forcément le numéro 1 dans notre classement mais bien le 1er sur le plan de Paris. Et sur l’échelle d’Apollo Magazine, ce n’est clairement pas le dernier. Qui dit trajet, dit forcément plusieurs étapes, nous en établirons 3 :

1) Rejoindre le 1er arrondissement

2) Arpenter le 1er arrondissement

3) Déserter le 1er arrondissement

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Prêt à aller découvrir le 1er arrondissement de Paris -

Prêt à aller découvrir le 1er arrondissement de Paris

1) Rejoindre le 1er arrondissement

Avant de rejoindre le coeur de Paris, il est temps de poser avec la star du jour et ses couleurs grises et bleues avec lesquelles nous somme en parfaite harmonie sneakers grises aux pieds et veste bleue. On ne badine pas avec le look chez Apollo Magazine. Après avoir fait le tour de l’engin, il est temps de mettre le contact, de n’entendre aucun bruit et d’enclencher le mode « power », (que l’on ne lâchera pas de toute la journée soit dit en passant) avec « L » notre paparazzi qui ne nous quitte plus.

Emprunts d’évènementiel culturel, nous passons par la Place de l’Etoile pour saluer l’Arc de Triomphe, en plein empaquetage signé Christo. Force est de constater que le gris anthracite est de nouveau de la partie.

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Empaquetage signé Christo - Empaquetage signé Christo
Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - La coupole impressionnante de la Bourse de Commerce - La coupole impressionnante de la Bourse de Commerce

2) Arpenter le 1er arrondissement

Après un tour puis un autre tour par pur plaisir des yeux sur l’Arc de Triomphe vu par Christo, direction la Bourse de Commerce et la Collection Pinault. Quitte à faire dans le contemporain avec notre moyen de locomotion, rendons-nous dans le nouveau temple parisien de cet art pas aussi facile d’accès que l’on pourrait croire.

Entrant pour la première fois dans cet autre symbole parisien qu’est la Bourse de Commerce, nous avons l’impression de visiter une cathédrale dont elle a tous les atours avec ses fresques et son immense dôme en verre. C’est à l’architecte Tadao Ando que l’on doit l’aspect majestueux de l’espace central et circulaire de la bourse. L’architecture minimaliste en béton du japonais sublime le bâtiment, son cylindre de 29 mètres de diamètre sur 9 mètres de haut ouvrant le regard vers la verrière reflétant le ciel parisien.

L’Enlèvement des Sabines d’Urs Fischer, réplique en cire de l’ensemble de Giambologna, en combustion lente au milieu de l’espace amplifie par le mouvement des corps la vision entre la terre et le ciel. Présentée dans la Rotonde, l’installation la plus célèbre de l’artiste suisse Urs Fischer (Untitled, 2011) est montrée pour la première fois en France. Au commencement de son activation, cet ensemble est tout en maîtrise, réalisme, verticalité, et virtuosité. Au fur et à mesure de son exposition et de la consumation, ces valeurs s’inversent par l’action du hasard, de l’entropie, l’œuvre devenant informelle jusqu’à l’informe. La cire se liquéfiant, ce qui semblait pérenne ou authentique s’avère fragile et factice.

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Untitled de l'artiste Suisse Urs Fischer - Untitled de l'artiste Suisse Urs Fischer
Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Une peinture de l'artiste Rudolf Stingel intitulée

Une peinture de l'artiste Rudolf Stingel intitulée "Untitled (Paula)"

Suite à ce choc visuel, nous décidons de découvrir les autres pièces de la collection. Ce délicat anneau de béton permet d’accéder aux trois niveaux d’expositions, tous bénéficiant de la lumière naturelle de la ville, et tous ouverts sur l’espace central. Depuis chaque salle, le regard est happé tant par les œuvres que par l’architecture des lieux. Entre peinture, photographies et sculptures, la Collection Pinault nous projète d’un univers à l’autre et nous laisse parfois circonspect…Mais n’est-ce finalement pas le but de l’art contemporain ?

A présent, notre Vespa Elletrica nous emmène « Rue Sainte-Anne » pour nous restaurer dans le « JapanTown » parisien. Car l’art contemporain, cela laisse pantois mais cela creuse également !

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Une rue emblématique du 1er arrondissement -

Une rue emblématique du 1er arrondissement

Avant d’évoquer notre plat du jour, petit historique de la Rue Sainte-Anne, un endroit qui nous semblait impossible à louper pour déjeuner dans le 1er arrondissement. Tout d’abord, nous avons tenté de surnommer ce lieu « Japantown » à l’image des nombreux « Chinatown » qui pullulent dans le monde entier mais force est de constater que l’on a fait de l’excès de zèle. En effet, ce quartier est surnommé « Little Tokyo » et a commencé à être associée à la culture japonaise dès les années 1960, lorsque les premiers entrepreneurs de l’archipel s’installent dans le quartier.

Très vite, le rassemblement communautaire fait grandir la communauté japonaise de Sainte-Anne. Et avec elle, de nombreux commerces empreints de saveurs d’ailleurs.

Restaurants, boulangeries traditionnelles et supermarchés nippons, si ces établissements sont au départ installés pour ravir les papilles des immigrés japonais de Paris, ils attirent également progressivement une autre clientèle : les Français en mal d’exotisme. Une clientèle qui ramène alors le succès à Sainte-Anne, et qui fait qu’aujourd’hui la rue ne désemplisse pas du midi au soir.

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Poké Bowl au thon  -

Poké Bowl au thon

On ne vas pas vous mentir, trouver une place dans l’un des meilleurs restaurants japonais de la ville lors d’un jour ensoleillé et à 12h45, c’est mission impossible même pour Tom Cruise. Mais pas question de perdre espoir et direction l’autre côté de l’Avenue de l’Opéra et son très chic et branché Marché Saint-Honoré. Enfin une table libre dans une restaurant de  « Poke Bowl » !

Le Japon a été supplanté par Hawaï le temps de ce repas et honnêtement, qui ne rêverait pas de se balader là-bas ayant embarqué son ukulélé et sa planche de surf à bord de sa Vespa…qui plus est Elettrica avec ses touches de bleues rappelant les lagons hawaïens au bord de l’Océan Pacifique.

Ce qu’est qu’un « Poke Bowl » ? Il s’agit d’un plat hawaïen composé de cubes de poisson cru marinés dans un mélange à base de sauce soja, présentés dans un bol, qui a déferlé en 2016 sur la planète food, et dont le succès ne s’est pas démenti depuis.

On se munit de poisson cru, qu’on fait mariner dans une sauce au choix avant d’agrémenter le plat d’avocat, de riz, d’oignon nouveau ou d’oignon rouge émincé, d’edamame, de tranches de radis roses, de gingembre mariné ou de graines de sésame.

Désormais rassasiés, après s’être cultivés, quoi de mieux que d’aller « shopper ». Et là, il y a une adresse phare qui se dégage dans le 1er arrondissement depuis peu pour remédier à cette envie : La Samaritaine.

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Départ de Départ de "Little Tokyo" pour rejoindre la "Samaritaine"
Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Quand la Samaritaine pose avec la Vespa Elletrica - Quand la Samaritaine pose avec la Vespa Elletrica

Le soleil tapant de plus en plus fort sur les quais de Seine, il est temps de retirer la veste bleue et de laisser apparaître une chemise blanche que ne renierait pas « BHL ». Et pas de confusion avec le « BHV », c’est bien à la Samaritaine que nous posons notre Vespa Elettrica. Et là encore, c’est l’architecture du lieu qui nous en met plein les yeux. Après 750 millions de travaux, 16 ans de fermeture et LVMH à la baguette, la Samaritaine ne passe clairement plus inaperçu.

Arrivés par les quais, c’est le bâtiment « Art Déco » qui se dévoile à nous avec une esplanade piétonne en face de la rue de la Monnaie. Celui-ci a été conçu par l’architecte Henri Sauvage, ami de Frantz Jourdain, à l’origine du premier magasin. Le magasin 2 nommé « Amazone » (nom que l’on aperçoit sur la façade actuelle) est doté de façades sobres en pierre avec les derniers étages en gradins.

 

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - L'escalier et la verrière du bâtiment Amazone de la Samaritaine -

L'escalier et la verrière du bâtiment Amazone de la Samaritaine

Si l’intérieur d’un autre grand magasin parisien, le « Bon Marché » fait mouche avec ses escalators entrecroisés, la Samaritaine impressionne avec son incroyable escalier central à multiples étages restauré aujourd’hui de quelque 16 000 feuilles d’or. C’est aussi son immense verrière mettant en scène la centenaire Fresque des Paons réhabilitée comme à l’origine.

Concernant le shopping, on notera que les marques de luxe ont leur espace dédié avec un univers bien marqué, un peu comme dans un petit écrin. Exemple avec les marques Gucci, Jimmy Choo et Yves Saint-Laurent. L’offre est assez large puisqu’elle va des grandes maisons comme Chanel ou Gucci à des articles plus streetwear, par exemple Shinzo. On retrouve aussi des marques plus « grand public » comme Maje ou Sandro, par exemple, pour la mode femme.

Outre le shopping, on peut également se faire chouchouter à La Samaritaine : un studio de beauté, un « bar à maquillage » ou encore un spa signé Cinq Mondes sont proposés dans le magasin. L’offre restauration est relativement importante aussi avec café, vente à emporter, restaurant plus haut de gamme,…

Enfin, à la façon du célèbre concept store de luxe « Colette » aujourd’hui fermé, on retrouve au rez-de-chaussée un espace appelé « Boutique de Loulou » qui propose des livres, de la décoration, des accessoires…

Notre expérience à la Samaritaine fut une belle découverte et celle-ci n’a plus rien à envier aux autres grands magasins prestigieux de la capitale, à savoir les Galeries Lafayette, le Printemps ou encore le Bon Marché.

Déserter le 1er arrondissement

Notre passage dans ce magnifique arrondissement, en plein renouveau, notamment architectural et muséal (Bourse de Commerce, Poste centrale du Louvre, Samaritaine, Canopée des Halles, Louvre des Antiquaires) fut un réel plaisir. Forcément, la Vespa Elettrica y est pour beaucoup dans ce bon moment et elle a hâte, elle-aussi, de découvrir plein d’autres arrondissement de Paris…Suite de la découverte de Paris dans l’épisode 75002 !

Pour cet épisode 75001 en compagnie de la Vespa Elettrica, remercions Lucie Brudy pour ses photos et son dessin

Article : Paul Diey

Beside Sport - Episode 75001 en Vespa Elettrica - Lucie Brudy et moi en plein tournage pour l'épisode 75001 - Lucie Brudy et moi en plein tournage pour l'épisode 75001

Article suivant

«
BS

Souhaitez vous recevoir des notifications ?

Non merci Oui
X

Vous etes actuellement hors ligne